Phytosanté Espace

Phytosanté Espace

Noyer

noyer arbre.jpg

Nom biologique : Juglans regia (Le nom latin Juglans vient de Jovis glans, « gland de Jupiter »)

Famille : juglandaceae

 

Description morphologique 

C’est un arbre de grande taille (de 4 à 8 m de hauteur). La tige et les branches sont très ramifiés, ce sont des plantes monoïques à sexes séparés, à pollinisation anémophile.

Les feuilles sont caduques, glabres, alternes, imparipennées avec des folioles aromatiques de saveur amère et astringente et  de couleur vert clair.

Les fleurs apparaissent au printemps, verdâtres, de petite taille, unisexuées: Les fleurs mâles (staminées) sont groupées en épis ou chatons allongés, elles comptent jusqu'à 36 étamines et les fleurs femelles (pistillées) sont réunies par groupes de 2 à 4, elles ont un stigmate bilobé. 

Les fruits sont généralement des drupes indéhiscentes, à endocarpe sclérifié, contenant une seule graine à cotylédons développés et riches en matière grasse, le fruit qui pousse sur l'arbre est la noix

 

Habitat et répartition 

C’est une espèce semi-forestière, plantée dans les jardins familiaux et les clairières forestières pour la production des fruits et pour l’intérêt de l’écorce des racines. Le noyer est originaire des régions tempérées et chaudes principalement de l'hémisphère nord (Eurasie, Amérique du Nord). 

 

Principes actifs

Les feuilles sont constituées de 10% de tanins ellagiques , de naphtoquinones (composés aromatiques oxygénés) dont 30% de jugulone et de l'hydrojugulone. On trouve ensuite dans leur composition 3,4% de flavonoïdes, des acides : caféique, férulique, gallique, salycilique, chlorogénique. On peut extraire entre 0,01 et 0,03% d'huile essentielle avec une teneur en acide ascorbique de près de 1%. 

 

Propriétés 

Anti-inflammatoire, antiseptique, cicatrisant, anticholérique (La jugulone est très active contre les micro-organismes et les parasites), anti-rhumatismale, analgésique, anti-ulcéreux, laxatif,  Hypotensive, Hypo-glycémiante, dépurative, antifongique.

Les tanins astringents, en formant un complexe chimique avec les protéines , assèchent les écoulements muqueux.

 

Indications 

- Insuffisance veineuse telles que jambes lourdes,  hémorroïdes;

- Irritations cutanées, verrues, eczéma, herpès, syphilis , brûlures superficielles, lésions cancéreuses...;

- Diabète, rhumatisme;

- Affections de la bouche: gingivites et la carie dentaire;

- Ulcères, tuberculose;

- Hyperhydrose des pieds et des mains;

- Inflammation des paupières.

 

Préparation et médication 

On infuse  les feuilles fraîches (1 poignée de feuilles par litre d'eau) dans l’eau bouillante et on laisse infuser pendant une heure et on fait un lavage des parties malades par jour pendant trois jours contre les irritations cutanées. 

On infuse les feuilles fraîches dans l’eau bouillante pendant une heure, on filtre, on ajoute le miel d'abeilles, et on boit un verre trois fois par jour pendant trois jours contre le diabète et le rhumatisme. 

On bout les coquilles des fruits dans l’eau pendant 20 minutes, on filtre et on fait un gargarisme chaque matin pour guérir les maladies de bouche. 

On fait bouillir des feuilles 2 poignées de feuilles par litre d'eau et on laisse infuser pendant quinze à vingt minutes. On applique sur toute la peau et les muqueuses. on fait des injections vaginales, lavements, gargarismes. De même efficace contre les engelures, l'eczéma, l'impétigo et les  verrues. 

On applique l’écorce des racines « souek » sur la gencive contre les ulcères des gingivites et la carie dentaire.

On mélange les fruits broyés avec le miel puis on mange deux cuillères par jour pendant une semaine contre l’impotence chez les hommes.

Mélanger 1,5 g (1 cuillerée à café = environ 0,9 g), de noyer avec de l'eau froide, porter à ébullition et filtrer après 3-5 min, en cas d'hémorroïdes et d'insuffisance veineuse .

On prépare un  extrait mou, pour les diabétiques, 1 à 2 g par jour.

On prépare un macérat glycériné : 80 gouttes max par jour.

On prépare une teinture, 20 gouttes max par jour à cause des tanins.

 

Précautions d'emploi

Pour les administrations par voie externe, on peut mettre en garde sur le caractère cytotoxique de la jugulone qui peut détruire les cellules de l'épiderme et notamment les kératinocytes qui assurent une bonne santé de la peau. Il est donc en particulier conseillé d'éviter de recouvrir une compresse de décoction de feuilles de noyer avec un pansement étanche ou d'appliquer la décoction sur une grande partie du corps. Un certain nombre d'experts alertent sur les effets toxiques de la jugulone, recommandant de limiter considérablement la prise par voie orale. On a en effet pu associer l'usage quotidien de produits renfermant de la jugulone à des phénomènes de leucoplasie, c'est-à-dire des décolorations localisées des muqueuses, de nature pré-cancéreuse.

 

Avertissement

Lors de préparations artisanales de décoctions, il est recommandé de consulter son médecin ou son pharmacien pour vérifier les bons dosages et respecter les doses recommandées. On rappelle, en particulier, que toute prise par voie orale doit être très surveillée.

 

 

Sources

- 200 plantes qui vous veulent du bien
De Carole Minker
Editions Larousse 2013

- Guide de la phytothérapie
Du Dr Jörg Grûnwald et Christof Jancke
Editions Marabout 2004

- Petit Larousse des plantes médicinales
De Gérard Debuigne et François Couplan
Editions Larousse 2009

- Du bon usage des plantes qui soignent
De Jacques Fleurentin
Editions Ouest-France 2013

- Plantes médicinales

 Massoudi Soussi



11/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres