Phytosanté Espace

Phytosanté Espace

Caractéristiques, constituants et propriétés chimiques des huiles essentielles

 

Caractéristiques des huiles essentielles

1°- La couleur.

2°- L’odeur.

3°- La densité.

4°- L'indice de réfraction.

5°- Chémotype

 

Qu’est ce que chémotype

Le chémotype d'une huile essentielle est une référence précise qui indique le composant biochimique majoritaire ou distinctif, présent dans l'huile essentielle. C'est l'élément qui permet de distinguer une huile essentielle extraite d'une même variété botanique mais d'une composition biochimique différente. Cette classification capitale permet de sélectionner les huiles essentielles pour une utilisation plus précise, plus sûre et plus efficace.

Nous connaissons par exemple sous la même appellation botanique, deux grandes familles de thyms, subdivisées elles-mêmes grâce à la définition de leurs chémotypes respectifs.

 

A°- Familles biochimiques

Les propriétés des huiles essentielles proviennent de leur composition biochimique. Les composés qui les constituent peuvent être classés en six groupes distincts, ayant chacun des caractéristiques spécifiques.

 

I-Les terpènes naturels

Ce sont des hydrocarbures cycliques et volatils de formule C10H16 composés d'unités isoprènes . A la série isoprènique, se rattache des composés acycliques : certains contenant 5 carbones (hémiterpènes constitués d'unités isoprène), d'autres à 10 carbones (hydrocarbures, alcools et aldéhydes) qui possèdent un enchaînement se retrouvant régulièrement dans beaucoup de terpènes cycliques.

Cette section réunit les mono terpènes, les sesquiterpènes, les diterpènes. 
Tous ont généralement des effets assez faibles mais leurs usages secondaires complètent l'action des autres constituants de l'huile. Ils ont surtout des propriétés bactéricides, antiseptiques, analgésiques, antivirales, expectorantes et anti-inflammatoires. Cependant, certains d'entre eux peuvent irriter la peau. 

1°- Monoterpènes

Stimulants du système immunitaire. Action révulsive sur la peau, utile en cas de douleurs localisées: ils sont donc antalgiques à action percutanée. Leur utilisation doit être limité

dans le temps sinon ils deviennent dermocaustiques et agressifs pour les muqueuses.

2°- Sesquiterpènes

Légèrement hypotenseurs, calmants et anti-inflammatoires. Les azulènes sont spécifiques donnant une couleur bleu sombre aux HE; excellents anti-inflammatoires.

 

II-Les alcools

Les alcools présents dans les huiles essentielles sont issus de terpènes et d'hydroxyles (ex : le menthol C10H14O.

Les principaux composants résultant de ces liaisons sont les monoterpénols, les sesquiterpénols et les diterpénols. Ce sont de puissants bactéricides et antiviraux ; ils possèdent de plus la particularité de purifier le sang et ont des effets équilibrants sur le système endocrinien. D'autre part, ils n'irritent pas la peau et les huiles qui les contiennent en forte proportion sont les moins dangereuses pour les enfants et les personnes âgées.

Les diterpénols ont une structure semblable à celle d'une hormone humaine. 

1°- Monoterpénols

Composés anti-infectieux : bactéricides, viricides et fongicides à utiliser parallèlement aux phénols selon les cas lors d'infections ; également excellents immunostimulants. Moins violents que les phénols, ils sont de remarquables toniques généraux, plus spécifiquement neurotoniques. Moins hyperthermisants et hypertensifs, ils n'ont pas leur toxicité : non dermocaustiques, non hépatotoxiques. 

2°- Sesquiterpénols

Bons toniques et stimulant généraux, ils sont peu anti-infectieux mais surtout immuno-stimulants. Les HE contenant des sesquiterpénols agissent principalement sur le terrain des individus.

 3°- Diterpénols

Régulateurs hormonaux en raison de leur structure voisine des hormones stéroïdes sexuelles humaines ; ils sont actifs même à faible dose.

 

III-Les phénols

Dans les essences étudiées, ces constituants ont une action plus importante que les alcools. ils ont un pouvoir antiseptique puissant, anti-infectieux et immuno-stimulant. Ils agissent en hyper : hyperthermisants, hypertensifs. Toniques à faible dose ils deviennent excitants à dose plus élevée.

Les phénols doivent être utilisés prudemment et temporairement car ils sont irritants pour les muqueuses et hépato-toxiques à dose forte et répétée. Sur la peau les phénols sont irritants et dermocaustiques ; toujours les utiliser dilués sur une huile végétale.

 

IV-Les aldéhydes

Formés par l'oxydation des alcools, les aldéhydes dégagent en général un arôme puissant. Ils présentent aussi de nombreuses propriétés communes aux phénols et aux cétones : ils sont de bons anti-infectieux, anti-inflammatoires, hypotenseurs, toniques,  calmants du système nerveux et antipyrétiques. Toutefois certains de ces effets peuvent être annulés par d'autres constituants des huiles essentielles.

Le citral, le citronellal et le néral sont, par exemple, trouvés dans les huiles essentielles de citronnelle.

 

V-Les cétones

 Les cétones sont des composés très actifs physiologiquement, leur utilisation doit être bien contrôlée sinon elles deviennent rapidement toxiques. A faible dose les cétones agissent en hypo : elles sont calmantes, sédatives, hypothermisantes. A forte dose ou doses répétées elles sont neurotoxiques, stupéfiantes et épileptisantes, voire abortives.

 

Les quantités de cétones dans les huiles essentielles sont négligeables ; Pourtant, utilisés avec modération, ces composés ont un effet calmant et sédatif. Ils peuvent aussi faire « fondre » les graisses, fluidifier les sécrétions et favoriser la cicatrisation.

 

VI-Les acides et les esters

Les acides organiques et les esters jouent un rôle important dans les essences végétales. Ce sont des dérivés oxygénés des terpènes. Les esters allient les propriétés calmantes des cétones aux propriétés toniques des alcools d'où leurs propriétés anti-spasmodiques et neurotoniques. Ils sont des excellents rééquilibrants nerveux (antidépresseurs psychiques).

 

Les esters sont très doux sur la peau et décongestionnent en cas de manifestations inflammatoires. On les utilise souvent car elles présentent peu de dangers. Ils ont la particularité de présenter un arôme fruité. 

Dans les agrumes, différents esters sont trouvés comme le citronellyl acétate, l'acétate de néryle ou encore les esters de géranyle (acétate, propionate...).

 

En résumé

Présentes en plus ou moins grandes quantités et mélangées les unes aux autres, ces composés vont donner aux huiles essentielles des propriétés nouvelles en plus de celles spécifiques à chaque composé pris séparément. Ainsi, le nombre de propriétés apportées par les huiles essentielles s'élève à plus d'une centaine. Cette observation va induire l'action d'une huile essentielle et donc son utilisation dans un domaine précis.

 

1°- Monoterpènes = stimulants du système immunitaire

2°- Monoterpénols = Composés anti-infectieux, bactéricides, viricides et fongicides

3°- Sesquiterpènes = Légèrement hypotenseurs, calmants et anti-inflammatoires

4°- Sesquiterpénols = Bons toniques et stimulant généraux,

5°- Phénols = Fortement anti-infectieux et immuno-stimulants

6°- Diterpénols = Régulateurs hormonaux

7°-Aldéhydes = De bons anti-inflammatoires

8°-Acides = Sont des hypothermisants et hypotenseurs

9°- Cétones = A faible dose, elles sont calmantes, sédatives, hypothermisantes. A forte dose ou doses répétées, elles sont neurotoxiques, stupéfiantes et épileptisantes, voire abortives

10°- Esters = Propriétés anti-spasmodiques et neurotoniques, excellents rééquilibrants nerveux

11°- Oxydes = Décongestionnant broncho-pulmonaire: mucolytiques et expectorants.

12°- Coumarines = Neuro-sédatives, anticoagulantes.

13°- Lactones = Agissent en hypothermisant. Elles ont une action mucolytique plus puissante que les cétones

14°- Diones = Antispasmodiques et anticoagulantes, moins toxiques que les cétones.

 

B°- Relation entre la structure des huiles essentielles et leurs activités

L'étude des relations structure/activités consiste à analyser la nature et l'importance des relations existant entre la structure chimique d'une huile essentielle et son activité physiologique.

Contrairement à un médicament, composé d'une ou plusieurs molécules isolées ayant une fonction bien précise, l'huile essentielle est un assemblage de constituants appartenant à différentes familles chimiques ayant chacune leurs spécificités.
C'est pourquoi les huiles essentielles ont des activités plus variées.

On peut cependant regrouper les huiles essentielles en 3 grandes familles :

1°- Les huiles essentielles composées en grande majorité d'un composant aromatique majoritaire:

 ces huiles essentielles auront une propriété bien marquée.
Exemple: huile essentielle de Wintergreen (Gaulteria fragrantissima), composée à 99% de salicylate de méthyle, lui conférant ses propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires.

2°- Les huiles essentielies composées de deux composants aromatiques majoritaires.

Exemp!e: huile essentielle d'Eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus), composée de 1,8 cineol (> 58 %) et d'alpha pinène (209,6).

3°- Les huiles essentielies composées de trois composants aromatiques majoritaires, qui vont avoir des propriétés plus variées et plus nuancées.

Ces molécules aromatiques vont pouvoir être classées suivants 2 axes, en fonction de leur polarité et de leurs qualités positivantes ou négativantes.

Ainsi, une huile essentielle aura un profil plus « calmant et relaxant » ou, au contraire, plus « tonique et stimulant ».

 

Exemple 1 : Huile essentielle d'Eucalyptus globulus
Composants majoritaires
- 1,8 cineol: oxydes terpéniques - alpha pinène: monoterpènes
C'est une huile essentielle à forte tendance tonique et stimulante. L'eucalyptus globuleux possède des propriétés :
- Positivante,
- Expectorante,
- Antiseptique, antimicrobienne et antibäctérienne.


Exemple 2 : Huile essentielle de Lavandula angustifolla
Composants majoritaires
- acétate de linalyle: famille des esters - linalol: famille des alcools
C'est une huile essentielle à tendance calmante et relaxante. La lavande fine possède des propriétés 
- Négativante (prédominance),
- Antispasmodique puissante,
- Calmante, sédative, décontractante musculaire,
- Anti-infectieuse variable.

 

C°- Propriétés des huiles essentielles

Les propriétés des huiles essentielles diffèrent selon que l'essence est extraite de la fleur, la feuille, les racines ou la graine. D'une manière générale, les essences extraites des racines sont reconnues pour leur action sur le système nerveux, celles extraites des graines et des fleurs pour leur impact sur l'ensemble du système digestif et celles issues des feuilles pour leur bienfait sur la respiration.

Chaque huile essentielle peut avoir de multiples propriétés. Le chémotype donne déjà une bonne indications quant à ces propriétés. L'usage des huiles essentielles réduit les atteintes virales et microbiennes, réduit l'oxydation des cellules et augmente la vitalité de l'organisme dans ces flux vitaux. Elles apportent à notre organisme, les concentrés de la nature les plus précieux pour rétablir ou conserver l'équilibre indispensable à notre santé .

1°- Désodorisantes, parfumantes, antiseptiques, protectrices. . .

 En diffusion dans l'atmosphère ou diluées dans les produits de nettoyage, les huiles   essentielles désinfectent, désodorisent et parfument agréablement et naturellement l'air que vous respirez.

Elles débarrassent l'air ambiant des germes pathogènes, cette pratique régulière prévient des affections microbiennes en renforçant les défenses immunitaires.

Les agrumes sont de remarquables antiseptiques.

Le Géranium éloigne les moustiques.

 

2°- Antibactériennes

Les molécules aromatiques possédant le coefficient antibactérien le plus élevé sont les : Phénols : carvacrol, thymol, eugénol. Une molécule n'appartenant pas à ce groupe mais proche par la présence d'un noyau benzénique est l'aldéhyde cinnamique (Cannelle).
Bien utilisé ces quatre molécules permettent de maîtriser la plus grande partie des infections courantes. Juste derrière les phénols on trouve les :

Monoterpénols (alcools à 10 carbones) : géraniol, linalol, thujanol, myrcénol, terpinéol, menthol.

Moins puissant mais également utilisable comme anti-bactérien le groupe des :

Aldéhydes : néral, géranial, citronellal et cuminal.

 

Les cétones présentent un intérêt dans le traitement des états infectieux : verbénone, thuyone, cryptone, menthone, D. carvone, bornéone, fenchone. Mais leurs propriétés neurotoxiques et abortives les rendent délicates d'utilisation. 

Dans une moindre mesure on retrouve comme anti-bactérien les éthers (estragole et anéthole), les oxydes , les phthalides et les terpènes.

Les terpènes sont principalement utilisé en diffusion comme antiseptique atmosphérique.

 

3°- Antivirales

Dans la lutte contre les virus on retrouve en premier, comme pour les anti-bactériens :

Le groupe des hydroxyliques (phénol et monoterpénol) en sachant que les phénols sont plus puissants mais à utiliser avec prudence.

Pour l'usage à long terme, les huiles monoterpenoliques sont préférables aux huiles phénoliques, beaucoup plus « agressives. Les huiles essentielles stoppent la progression virale.
Le mélange de certaines huiles appliquées en friction a une action "immunostimulante" remarquable sur les infections respiratoires profondes, associé en diffusion dans l'atmosphère à de l'eucalyptus radiata par exemple.

 

4°- Anti-douleurs

La douleur vive d'une migraine est anesthésiée par la Menthe Poivrée en application locale.

La douleur dentaire est éliminée par l'application de Girofle sur la gencive.

Le cyprès calmera les crampes musculaires et les rhumatismes.

Le niaouli calmera les douleurs en engourdissant les nerfs.

 

5°- Respiratoires

En inhalation le niaouli aura un puissant effet expectorant sur les voies respiratoires.

L'Eucalyptus en application cutanée est un immunostimulant et un mucolytique (expectorant) puissant.

Utilisées depuis longtemps, les HE riches en 1,8 cinéol (oxyde) sont très actives (Eucalyptus globulus, Ravintsara, Romarin), car elles stimulent les glandes bronchiques et mobilisent les cils de la muqueuse bronchique.

 

6°-Circulatoires

Le cyprès, stimulant du système circulatoire, réchauffera les mains et les pieds.

La citronnelle favorise la circulation sanguine et l'élimination de l'acide lactique. Elle soulagera douleurs musculaires et pieds endoloris.

 

7°- Anti-fongiques

Les huiles essentielles ont un grand pouvoir anti-fongique aérien et cutané. Les infections fongiques sont d'une actualité criante car les antibiotiques prescrits de manière abusive favorisent leur extension. On utilisera les mêmes groupes que ceux cités pour la lutte contre les bactéries. On ajoutera les alcools sesquiterpéniques et les lactones sesquiterpéniques.

Parmi les huiles essentielles antifongiques : Clou de girofle, lavande, Géranium rosat , Palmarosa, Romarin cinéole

 

8°- Digestives

La Menthe poivrée est l'huile essentielle des problèmes digestifs. Elle sera efficace pour calmer colique, constipation, brûlure d'estomac, indigestion et flatulence.

 

 

 

 

 



18/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres