Phytosanté Espace

Phytosanté Espace

Jeûne

Jeûne.jpg
 

I°-Introduction 

Le jeûne est une grande force". Cette définition ­ qui date du VIe siècle ­ a un mérite essentiel : celui d'englober toutes les dimensions de l'homme. De définir un programme de santé tant physique que spirituelle, une sorte une thérapie libératrice, de régime "fitness" pour aiguiser l'appétit... Le jeûne est avant tout "une discipline de l'oralité", expliquent quant à eux les anthropologues.

 

Définition du mot Jeûne

Abstinence d'aliments.  

1°-Privation partielle ou totale (à l'exception, le plus souvent, d'eau), forcée ou non, de toute alimentation pendant un certain temps. Jeûne complet; jeûne de protestation; abus, étourdissement du jeûne; journée de jeûne; sortir d'un long jeûne. 

2°-Il signifie aussi, Manger peu, manger moins qu'il le faut, ou même ne pas manger du tout, soit par une abstinence volontaire, ou forcée et faute d'aliments. 
3°-Il signifie quelquefois, figurément, s'abstenir ou être privé de certaines jouissances, etc. Il y a plus de six mois que je n'ai pu aller au spectacle : c'est trop longtemps jeûner.

4°- Il y a d’autres sortes de jeunes qui peuvent être effectués pour des raisons de santé (un jeûne « au jus », par exemple, où l'on s'abstient de manger et où l'on boit uniquement des jus de fruits ou/et des légumes pendant une période définie).

 

Définition religieuse du mot Jeûne

Acte de dévotion qui consiste à s'abstenir d'aliments par mortification et pénitence (consiste à ne pas manger et à ne pas boire pendant un certain temps). 

 

Le jeûne dans les religions

Le jeûne joue depuis toujours un rôle important dans toutes les religions. Il est tout à la fois pédagogie, antidote et chemin de dépouillement de soi, c’est un véritable chemin spirituel chez les chrétiens, juifs, musulmans et hindous.  

Comme le notait le P. Christian de Chergé, prieur trappiste de Tibhirine : "Jeûne, Carême ou Ramadan (...), chrétiens, musulmans et juifs (...), sans doute nous ne courons pas de la même manière, mais le chemin est là qui n'est pas de nous et il est tellement plus grand que la course !".

Saint Athanase parlait d'expérience. "Le jeûne, affirmait-il, guérit les malades, il dessèche tout écoulement. Il repousse les démons et expulse les pensées malsaines. Il rend l'esprit plus clair et purifie le cœur. Il sanctifie le corps et transporte l'homme sur le trône de Dieu.

  

- Jeûne des juifs : Parler de jeûne, c'est d'abord et avant tout évoquer Yom Kippour, jour de jeûne absolu au cours duquel il est interdit de manger et de boire depuis la veille au coucher du soleil. Cette célébration majeure du judaïsme est précédée par dix jours de prière et de repentance qui débutent avec Roch Hachana, le nouvel an juif.

Durant ces "jours redoutables", chaque homme passe en jugement devant le Trône de Dieu et rend compte des péchés commis durant l'année écoulée, puis renouvelle sa confiance en Dieu et l'attente du Grand Pardon. Outre Kippour, les juifs observent d'autres jours de jeûne dans l'année, tous étroitement liés à l'histoire de leur peuple. Le mois de tevêth, ils commémorent ainsi la destruction du premier et du second Temple de Jérusalem.

 

- Jeûne des catholiques: Pratique religieuse consistant à ne faire qu'un seul repas important par jour dans lequel on s'abstient le plus souvent de viande, à certaines périodes fixées par le calendrier liturgique. Jeûne sacramentel; jeûne de carême.

Jeûne de carême : On jeûne durant quarante jours du lever du soleil jusqu'au soir, jeûne absolu; ni nourriture, ni boisson, ni tabac, ni parfums, ni femmes. Gide, Journal, 1896, p. 73.

 

- Jeûne des hindous

Gandhi fit du jeûne un signe de sa protestation. Ce jeûne, à la fois transit et montée, marche et espérance, se retrouve également dans l'hindouisme. La Bhagavad-gitâ, texte fondamental de la tradition hindoue, indique clairement la voie à suivre : "Il ne faut nullement renoncer aux actes de sacrifice, d'offrande et d'ascèse ; il faut les accomplir car ils purifient le sage. Et ces actions mêmes, il faut certainement les faire en laissant de côté l'attachement et le fruit". Gandhi, estimant qu'une discipline ascétique stricte purifiait l'âme et le corps, fit d'ailleurs du jeûne le signe le plus visible de sa protestation, fondée sur la non-violence, la compassion et la vérité.

 

- Jeûne des musulmans

Pour les musulmans, le jeûne du Ramadan constitue le quatrième des cinq piliers de l'islam. Essentiellement lié au souvenir de la révélation du Coran par l'ange à Mohammed, ses modalités en sont précisément définies dans la sourate II qui commence ainsi : "Ô vous qui croyez ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux générations qui vous ont précédés. Peut-être craindrez-vous Dieu".

Occasion privilégiée de se purifier intérieurement, de réfléchir à la grandeur du Tout-Puissant et à sa Loi, le jeûne du Ramadan "permet de marquer par la faim corporelle sa faim de Dieu et sa conscience de la faim des pauvres", précise l'universitaire Ghaleb Bencheikh. 

"Pour l'islam comme pour le christianisme, jeûner n'est pas seulement s'abstenir de nourriture. Mais, dans le cas précisément visé par le Qur'ân (NDLR : le Coran) de la Vierge Marie, s'abstenir de parler par un voeu de silence permet à la parole divine d'être conçue en elle, et c'est l'amorce de toute la mystique."

 

Selon hyppocrate
« Il faut être mesuré en tout, respirer de l'air pur, faire tous les jours (…) de l'exercice physique et soigner ses petits maux par le jeûne plutôt qu'en ayant recours aux médicaments », aurait affirmé Hippocrate (460-375 av. J.-C.). Près de 2500 ans plus tard, et même si certains médecins lui contestent une quelconque utilité, le jeûne thérapeutique continue de séduire. Depuis le XIXe siècle, il fait l'objet de nombreuses expériences ayant pour but de prouver ses effets préventifs et thérapeutiques. Depuis 1980, en Russie, il est inscrit dans une politique de santé publique.

Selon les récentes récentes

Des études scientifiques, telles que celles du Professeur Isaac Jennings au XIXème siècle, ou encore celles, plus récentes, du Professeur Herbert Shelton démontrent les bienfaits du jeûne. Une thérapie qui pourrait soigner l’inflammation de l’intestin, l’hypertension, certaines maladies pulmonaires, et bien évidemment les problèmes de surpoids. Il est même reconnu que la pratique d’un jeûne, soignerait des maux liés à l’estomac et l’intestin, de par ses facultés à épurer le corps.

  

II°-Vertus du jeûne

De nos jours, le jeûne semble être à la mode à en constater les nouvelles formules proposées par certains centres de santé. En effet, les personnes désirant retrouver une alimentation saine et un bien être corporel peuvent souscrire à une cure incluant le jeûne. Cette cure est principalement destinée aux personnes en surpoids. On parle alors du jeûne thérapeutique, ou encore de la diète thérapeutique. Ces centres proposent des formules de jeûne total, ou partiel, avec des périodes variantes selon les recommandations des spécialistes. Toutefois, le jeûne proposé dans ces centres autorise la consommation d’eau. C'est le cas de la clinique Buchinger à Überlingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Pratiqué sérieusement, le jeûne procure des bienfaits que l'organisme ressent rapidement, citons : 

 

1°- Un système digestif au repos

Bien souvent malmené par une alimentation déséquilibrée ou trop riche, le système digestif prend quelques vacances grâce au jeûne : « Le foie et les parois de l’intestin se régénèrent, le pancréas et l’estomac sont mis au repos et la flore intestinale se rééquilibre ». En favorisant l'élimination de toutes les toxines de l'organisme, le jeûne se transforme en véritable détox.

 

2°- Une peau neuve

Stress, fatigue, alimentation déséquilibrée : les excès se traduisent sur la peau par l'apparition de boutons, de cernes, un teint terne, un surplus de sébum… En jeûnant, « la flore intestinale est au repos, elle n'est plus en contact avec de la nourriture toxique et se rééquilibre. La production de sébum est donc réduite, les impuretés disparaissent, la peau se régénère et devient plus lisse », précise le docteur Françoise Wilhelmi de Toledo. La régénérescence du corps profite aussi aux cheveux, qui se retrouvent fortifiés et plus simples à coiffer. Quant aux dents, elles gagnent en blancheur.

 

3°- Perte de poids

Même s'il ne doit pas être considéré comme un régime, le jeûne entraîne obligatoirement une perte de poids. « Quand on consomme plus de calories que ce dont le corps a besoin, le surplus est stocké sous forme de graisse. Pendant le jeûne, le corps puise directement dans ces réserves et brûle des calories ».

 

4°- Lutte contre les maladies cardio-vasculaires

C’est une conséquence directe de la perte de poids. « Les excès augmentent le risque de développer une maladie cardio-vasculaire. Quand on jeûne, le taux d’insuline et le taux de sucre diminuent, les graisses stockées sont mobilisées, et les réserves excédentaires vidées. » Sans oublier qu'une bonne hygiène de vie au quotidien participe à la bonne santé cardio-vasculaire.

 

5°-Sérénité et apaisement

C'est pour le moins étonnant. D'autant plus qu’on a plutôt tendance à être agressifs lorsque la faim nous tiraille ! Mais après deux ou trois jours de jeûne, la sensation de faim disparaît. « On n’est plus dans le cycle classique "j’ai faim, je mange, je suis rassasié". On entre dans un état de contentement et l’on ressent de la sérénité ».

 

6°-Une thérapie contre la dépression

Le docteur Joël Fuhmann a mis en avant dans son ouvrage « Jeûner et manger pour sa santé » ses vertus pour lutter contre la dépression. Il explique notamment les nombreuses vertus du jeûne concernant les problèmes psychiques. Ainsi, le jeûne contribuerait à améliorer le fonctionnement du corps, y compris du cerveau, à soulager des névroses, à diminuer l’anxiété, le stresse et même la dépression, et peut être même à ralentir le développement du cancer d’après des études menées auprès d’animaux. Toutes ces études et recherches scientifiques promettent d’affirmer les nombreux bienfaits thérapeutiques du jeûne.

 

Conseils pour faire un jeûne thérapeutique sain

Quelques conseils sont indispensables pour passer un bon jeûne. 

 

1°-Planifiez le jeûne et évoluez progressivement

Les recommandations des spécialistes sont à suivre par les patients avant de se lancer. Elles concernent le régime alimentaire à adopter avant de débuter le jeûne, comme réduire les quantités afin que l’organisme s’habitue progressivement, ainsi que les aliments conseillés et à éviter.


Commencez par nettoyer le système digestif par un lavement ou une purge. Tout au long de la journée, buvez entre 1,5 à 2 litres d’eau. Buvez différentes boissons pendant la journée : un quart de jus de fruits à midi, un quart de bouillon de légumes au dîner. Après le déjeuner, faites une pause. Puis occupez votre après-midi avec une activité physique. Une randonnée d'une heure et demie par exemple, à pied ou à vélo. Agissez toujours en fonction de votre forme. Les activités doivent être agréables. Vous pouvez aussi méditer ou lire.

 

2°- Bien s'hydrater 

L'hydratation est primordiale pendant la période de ramadan. Il faut boire en grande quantité, environ 1,5 litre d'eau par jour et bien s'hydrater dès la rupture du jeune et avant la reprise du jeûne. 

3°- Une alimentation saine 

Lors de la rupture du jeûne adopter une alimentation saine et éviter de se jeter sur les sucreries et les pâtisseries qui ne combleront pas la faim et perturberont l'organisme. Pensez également aux abricots secs et aux dattes qui permettent de fournir de l'énergie tout au long de la journée. 

4°- Un repas pas trop copieux

Eviter les repas trop copieux. 

 

5°- Débuter par une soupe 

Ne pas débuter par un repas trop copieux: boire à petites gorgées et s'hydrater avant de manger. Débuter par une soupe et attendre au minimum 2 heures pour faire un repas plus conséquent. 

 

6°- Consommer des fruits et des sucres lents 

Il est recommandé de consommer des fruits pour leur apport en vitamines et surtout des sucres lents comme la semoule et les céréales afin de tenir pendant la rupture du jeûne. 

 

7°- Bien manger avant l'aube

Il est important de bien manger avant l'aube. Il est conseillé de faire 3 repas pendant la rupture du jeûne : le premier avant l'aube, le second à la rupture du jeûne et le troisième, 2 ou 3 heures, quelques heures après. 

 

8°- Faire une sieste

Une sieste est conseillée en début d'après-midi. 

 

9°- Eviter soleil et chaleur 

Il est conseillé d'éviter le soleil et la chaleur. A l'intérieur de la maison, privilégier les pièces fraîches et à l'extérieur préférer l'ombre pour ne pas s'affaiblir trop rapidement. 
Réduire les efforts trop importants

 

10°- Réduire les efforts physiques

Il est conseillé de réduire au maximum les efforts physique et de faire du sport de manière non intensive avant la rupture du jeune. Les sportifs doivent faire preuve de prudence et ne pas essayer de battre des records. 

11°- Les personnes diabétiques

Les personnes diabétiques doivent suivre régulièrement leur taux de glycémie, s'hydrater en abondance et ne pas manger de sucreries sans avis médical. 

12°- Les personnes fragiles

Le jeûne ne doit pas aggraver l'état de santé des personnes atteintes de pathologies. Les femmes enceintes ou celles qui allaitent, les personnes âgées, les patients atteints d'hypertension, de pathologies cardiaques ou d'asthme, sont le plus souvent exemptés de ramadan. Dans le cas contraire, elles doivent consulter leur médecin traitant en cas d'apparition de manifestations.                                                     

 

13°- Interrompre le jeûne en cas de problème de santé 

Une personne présentant un problème médical au cours d'une journée, et ne pouvant pas assumer un jeûne, peut rompre le jeûne une ou plusieurs journées. Ces journées d'interruption peuvent être rattrapées avant le prochain Ramadan. Prendre un avis médical systématique lorsque survient un problème de santé.

 

14°- Maîtrisez la reprise alimentaire
Elle doit toujours être progressive. Si le jeûne dure une semaine ou plus, la reprise doit s'étaler sur quatre ou cinq jours. L'estomac étant plus petit, l'envie de manger sera plus grande que nos capacités digestives. Si on mange trop, la reprise sera brutale et entraînera des vomissements. Le plus important est de manger lentement et de bien mâcher chaque aliment.
Nous avons déjà évoqué dans un précédent article les découvertes des bienfaits du jeûne dans le cadre de la lutte contre le cancer. On entend parler depuis quelques temps dans les médias « santé et bien être » de la préconisation du jeûne pour ses nombreuses vertus sur notre organisme.

 

Hormis son caractère religieux et de dévotion pour Le Tout Puissant, le jeûne est excellent pour la santé, et ceci est connu depuis plusieurs siècles. Il y 2 500 ans, le jeûne était d’ailleurs préconisé par Socrate pour le bien être physiologique.

 

 

 

 

 

Source:

http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/les-bienfaits-du-jeune-200415-96232

http://www.ajib.fr/2012/06/les-bienfaits-therapeutiques-du-jeune-sur-lorganisme/



25/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres