Phytosanté Espace

Phytosanté Espace

Camphrier

 camphrier arbre.jpgcamphrier feuille.jpg

Nom biologique : Cinnamomum camphora

Famille : Lauraceae

 

Description morphologique 

Le mot camphre vient de l’arabe al kafur, provenant lui-même du malais kapur Barus, qui veut dire "craie de Barus". Barus était un port sur l’ile indonésienne de Sumatra, où les marchands étrangers venaient acheter le camphre.

C'est un arbre aromatique de famille de laurier, de taille haute qui peut atteindre 50 mètres de hauteur et 12 mètres de circonférence. Son port est élancé, sa croissance est rapide, son tronc épais, ses feuilles alternes, denses,  entières, coriaces et persistantes, pouvant présenter des domaties. De forme générale ovale, elles sont longues de 10 cm environ et dégagent une forte odeur de camphre au froissement. Leur couleur passe du rouge au vert clair, puis au vert foncé.

La plantation s'effectue en automne ou au printemps et La floraison apparaît en été. Elle se compose de très petites fleurs jaunâtres quasi imperceptibles.

Les fruits sont des drupes charnues sphériques portées par un pédoncule vert épais. Ils sont de couleur rouge ou bleu-noir.  

C’est un arbre qui peut vivre plus de 1000 ans. 

Le camphre est une substance blanche ou bien transparente (composé organique bicyclique solide), d'une texture cireuse qui est extrait du bois de camphrier Laurel en Asie orientale et d'Océanie. Le camphre est généralement obtenue en broyant le bois, en faisant de fin copeaux, d'un camphrier qui doit être âgé d'au moins 50 ans.

 

Habitat et répartition 

Le camphre est un arbre originaire d'Asie. Il pousse sur les plateaux de l'île,et peut atteindre 15 mètres de haut. 
Le camphrier a su parfaitement s'acclimater à d'autres latitudes, en particulier sur l'île de Madagascar. Le sol doit être de préférence fertile, frais et sablonneux mais il tolère les autres types de sol.

Le Camphrier est peu rustique. En dessous de -5°C il gèle. Il est donc préférable de le planter seulement dans des régions aux hivers doux.

Son aire d'origine se situe en Chine, à Taïwan et au Japon. Il s'est naturalisé dans les autres continents et se comporte parfois comme une espèce envahissante.

Si vous voulez le cultiver dans votre jardin, son emplacement doit être ensoleillé ou mi-ombragé, à l'abri du gel et du vent.

Il y a peu d'entretien à prévoir. Une taille n'est pas indispensable mais possible. Dans ce cas, ne coupez pas jusqu'au bois et laissez toujours des feuilles au bout des branches coupées.

 

Principaux constituants

Essence aromatique ou huile essentielle: camphre, safrol, terpinélol 

 

Propriétés physiques et chimiques du camphre
Le camphre se présente comme un solide cristallin, blanc, translucide, onctueux au toucher, rayé par l'ongle, d'odeur vive, de saveur amère et aromatique. 

C'est une cétone de formule C10H16O, à partir de laquelle on synthétise le bornéol et le camphène. Quasi insoluble dans l'eau, il est soluble dans les solvants organiques. Sa densité est de 0,992 à 10°. Il se sublime à la température ordinaire (à l'air libre) à cause de sa tension de vapeur non négligeable. Pur, il fond à 179,75 °C et bout à 204 °C.
Il est soluble dans 840 parties d'eau, insoluble dans la glycérine, soluble dans 0,65 partie d'alcool à 95°, très soluble dans l'éther, la benzine, l'acide acétique, les huiles et les essences. Sa solution alcoolique est dextrogyre et le degré varie avec la concentration et la provenance. Si le camphre extrait des laurinées dévie la lumière polarisée à droite, il existe un camphre lévogyre extrait de l'huile essentielle de matricaire. Le camphre synthétique, quant à lui, est racémique. L'acide nitrique le transforme en acide camphorique C10H16O4.

Le camphre brûle à l'air avec une flamme fuligineuse.

  

Propriétés 

Stimulant respiratoire, toni-cardiaque, analgésique, anti-virale, antalgique, anti-infectieuse, antiseptique,  anesthésique, anaphrodisiaque, anti-inflammatoire.

 

Indications 

Rhumatismes: arthrite, névralgie. 

Douleurs musculaires,  maux de tête, entorse, contusion,, … 

Voie respiratoires bouchées, bronchites et toux (en frictionnant au niveau du poumon).

Le camphre a été utilisé pour lutter contre l'épidémie de choléra-morbus en 1831–1832 puis contre la grippe asiatique en 1957–1958.

  

Usages

Usage externe: pommade, huile essentielle, vinaigre au camphre,  cataplasme camphré, lotion camphrée, huile camphrée, dentifrice au camphre, suppositoires au camphre, savon camphré, baume du tigre... 

Le camphre est également un insecticide, il est notamment efficace contre les mites.

 

Autres usages

Le camphre est utilisé dans la production du celluloïd, d'explosifs ( comme tout produit combustible volatil, ses vapeurs mélangées à l'air peuvent exploser), 
Les frères Hyatt l'ont utilisé pour faire de nouvelles boules de billard.

Ses propriétés tensioactives le faisaient utiliser dans les années 1950 comme « moteur » pour de petits jouets flottants : ces jouets en plastique très léger étaient posés sur une petite plaque de celluloïd dans laquelle on sertissait deux ou trois cylindres de camphre d'un peu plus d'un millimètre : le jouet se déplaçait lentement à la surface de l'eau, tiré par l'eau située à l'avant plus que par l'eau située à l'arrière. Le jouet était fourni avec une trentaine de cartouches.

De plus, le camphre est utilisé dans le tir sportif, notamment au pistolet, pour noircir les organes de visée en le faisant brûler car il dégage une fumée noire.

En Suisse et en France, du camphre est ajouté à l'alcool de pharmacie afin d'en décourager l'ingestion, le camphre ayant un goût particulier qui, généralement, provoque des vomissements.

   

Préparation du camphre

Au Japon, on préparait le camphre en faisant passer de la vapeur d'eau sur des copeaux de camphrier (Cinnamomum camphora) ; le camphre était alors entraîné par la vapeur et venait se condenser sur des chapiteaux de paille où on le recueillait. On obtenait ainsi le camphre brut, qui était exporté, et qu'il fallait encore purifier en le sublimant dans des ballons de verre après l'avoir mélangé à 3–5 % de chaux récemment éteinte. Les ballons étaient ensuite chauffés avec de grandes précautions, dans un bain de sable, tout en élevant progressivement la température jusqu'à 205°. Le camphre se sublimait alors et venait former dans la partie supérieure du ballon un amas que l'on récupérait en brisant le verre.

Le camphre est récupéré par distillation de morceaux de racines, de tiges ou d'écorces du camphrier. Les feuilles de certaines plantes, comme les matricaires, contiennent une forme de camphre non commercialisée. Une autre forme, constituée d'un mélange d'isomères, se trouve dans l'huile d'un chrysanthème asiatique, et est également synthétisée pour la plupart des utilisations commerciales.

Il existe de nombreuses méthodes pour synthétiser le camphre. L'une d'entre elles, mise au point par Auguste Béhal, se fait à partir de l'Essence de térébenthine ou pinène C10H16. Berthelot a également synthétisé le camphre par oxydation du bornéol C10H18O ou du camphène C10H16.

Bien que le camphre puisse être utilisé dans la fabrication d'explosifs, il n'est pas explosif lui-même. Mais comme tout produit combustible volatil, ses vapeurs mélangées à l'air peuvent exploser.

  

Toxicité

Le camphre est un poison lorsqu'il est ingéré en grandes quantités.

Il ne faut pas confondre le camphre de Bornéo contenant du bornéol et extrait de Dryobalanops camphora avec celui extrait de Cinnamomum camphora.

 

 

 

  

 

 

 

 

 



30/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres